Réseaux sociaux : lorsque les méfaits deviennent plus réels que les posts

Selfies parfait, corps de rêve, repas « healthy »… à en croire la majorité des publications qui défilent sous nos yeux, on en arrive facilement à se dire que notre vie à nous n’est pas aussi idéale que celle des autres.

C’est sans doute pour cette raison qu’Instagram a été catégorisé comme le réseau social le plus nocif pour la santé mentale et le bien-être après les résultats d’une étude menée par des chercheurs britanniques*.

C0B7C1B9-9F33-4D74-9936-821C14DD490D.jpg©LN Témoignages de Noémie et Océane 

Pour que la photo ait du succès c’est la mise en scène qui prime : ainsi chacun apparaît sous son meilleur jour et c’est bien normal.

Inconsciemment, la première chose que l’on recherche en postant, c’est de la reconnaissance, on souhaite que les autres apprécient ce qu’on a partagé, qu’ils aient un avis positif sur nous. D’ailleurs, si la publication n’a pas la reconnaissance que l’on attendait, on est déçu voir même frustré.

Figé devant notre téléphone, on devient esclave du piège que nous nous sommes nous-même tendu. Ce besoin d’attention permanent s’invite rapidement dans nos têtes : il faut tout photographier, les autres doivent voir à quel point nos vies sont intéressantes. On montre ce qu’on rêverait d’être réellement mais c’est bien loin d’être le cas. Parfois des heures à prendre des photos, on perd un temps précieux qu’on pourrait utiliser à devenir ce que l’on veut pour de vrai.

93DEB51C-88BE-459A-9230-038332CA1603.jpg

©LN Témoignages de Lucie et Laure

Michael Stora, psychanalyste, expliquait au micro de France Info lors de la journée mondiale sans Facebook que les likes servent parfois même à combler un vide. Ils ont un effet bien plus important sur notre moral que ce que l’on imagine :

« Le « like » en soi est une sorte de monstre un peu étrange – cela provoque des décharges de dopaminergique, c’est le circuit de la récompense. Ces décharges ne sont pas suffisantes pour aller vraiment bien, c’est plutôt de l’endorphine qu’il faut pour aller encore mieux. »

Ces décharges dont le docteur parle, on peut vite y devenir accro et cela peut même aller plus loin. Les analyses de l’étude britannique sont claires : « les attentes irréalistes provoquées par les réseaux sociaux peuvent pousser les jeunes à des sentiments de gêne, de mauvaise estime de soi et une recherche de perfection qui peut prendre la forme de troubles d’anxiété. »

Heureusement, le réseau ne présente pas uniquement des mauvais côtés et même plusieurs positifs. Créativité, art, photographie, certains comptes sont de véritables sources d’inspirations et arrivent même à faire sourire les internautes.

quelques exemples…

– Crois en toi ♥️🌟 #lesaventuriersdubonheur -Pour les petits nouveaux sur mon compte. ❤ (créé le 13 novembre 2016) – ⭐️ Mon mouvement "Les Aventuriers du bonheur" C’est quoi ? ⭐️ . #lesaventuriersdubonheur ⭐️Ce n'est pas un mouvement qui a pour but de te t'encourager à faire du sport, au que non. C'est un mouvement qui a pour but que tu soi tout simplement toi, mais vraiment toi, pas une autre personne, une photocopie. ⭐️Que tu sois une fille ou un mec, oui mon mouvement touche aussi les gars ! Mon mouvement t’aide à t'apprécier tels que tu es, aimer les personnes qui t'aiment, admiré les belles choses qui t'entourent, avoir les yeux qui brillent juste en regardant le ciel, sourire, respirer et vivre. 🌻❤ 🌻Tu peux donc partagez-toi habillé, quelqu’un que tu aimes ou plusieurs personnes même, un paysage, des fleurs, ton art, tes passions …En gros ce que tu veux, parce que tu es libre de tes choix avec moi. ⭐️En aucun cas c'est une obligation de poster une photo nue ou à moitié ( ⭕️si tu es mineur ne le fait pas ⭕️ ), moi et quelqu'unes ou uns, sont plus à l’aise et vont beaucoup mieux et c’est leur CHOIX de poster leur corps et mon CHOIX aussi, sans vulgarité bien sûr, c’est interdit dans « Les Aventuriers du Bonheur ». 🌟Il y a quoi de plus dans « Les Aventuriers du Bonheur » . Je ne suis pas un mouvement comme certains qui le créer et basta je ne suis pas là pour toi, je suis juste ici pour la gloire, NON et NON. Je suis là pour te guider, t’aider, répondre à des questions, je passe plusieurs fois par jour sur l'hashtag pour voir de nouvelles photos et y répondre avec amour. Même crever par mes études et ouais ! Je suis là à te tendre ma main, parque je suis comme ça. ❤ 🌻J’espère avoir répondu aux questions et je voulais dire encore merci à ceux et surtout à celles qui me suivent qui font partie de la tribu de l’espace des Aventuriers Du bonheur (et ouais) depuis le début. Merci, merci et encore merci Soyez vous-même les aventuriers. Parlez-en autour de vous ❤❤❤ #lesaventuriers #lesaventuriersdubonheur

A post shared by DÉBORAH CAS. ©LES AVENTURIERS (@les_aventuriers) on


 

🌻 #julinfinityvadrouille 🌻 Cher Instagram, Aujourd'hui c'est notre 1ère journée de "repos". 🦎 Cela fait 10 jours que nous marchons du matin jusqu'au soir, il est temps de ralentir le rythme et de souffler un peu. ☀️ Tu sais, je n'ai pas passé un seul été, UN SEUL de toute ma vie, à l'aise, et en phase avec mon corps. Pas un en 26 ans. 🗑📉 Au-delà d'une question de poids ou de muscle, c'était surtout au niveau de l'esprit que ça n'allait pas. 💔🌪 Croyez-moi, si là-haut vous n'êtes pas prêts à vous aimer, vous aurez beau maigrir, grossir, vous muscler, rien ne changera. Rien n'ira. 🔎⛔️ En sortant de l'hôpital psychiatrique, j'avais pris du poids et j'avais gonflé. Les médicaments, rester un mois enfermée allongée ou assise, forcément ça n'aide pas… ⚠️👀 J'ai alors fait n'importe quoi, mes travers d'ado sont revenus au galop. Je n'ai presque plus rien mangé pendant des semaines. Très intelligent. 😶👎🏽 Alors oui, j'ai vite maigri. Trop vite. Évidemment. Mais à quel prix ? Fatigue, vertiges, dérèglement complet de la faim, obsession malsaine envers la nourriture, frustration et j'en passe. 💔 Ce n'est pas ça vivre. J'avais perdu tous mes repères. 📉🕳 Et puis que s'est-il passé ensuite ? Et bien l'inverse évidemment. J'ai commencé à me ruer sur de la mal bouffe, à grignoter, et j'ai tout repris. Même plus je crois. Ça valait la peine de me mettre en danger. 👏🏽 Je me suis retrouvée perdue, et, finalement, j'ai tout simplement réappris à manger, en suivant les besoins de mon corps. En l'écoutant. En apprenant réellement ce qu'est la nourriture. 💜🌻🥑🍌 J'ai suivi mes apports au quotidien, et j'ai réalisé que je ne mangeais pas assez. 🥀 J'ai alors mangé, de tout, bien plus que ces dernières années, tout en étant à un niveau calorique très légèrement plus bas, pour perdre très progressivement (1,7kg en un mois). 🌹🌷🌻 Miracle, sans aucune privation j'ai perdu ce qui me déplaisait. Sainement. 💪🏽⭐️ Pour la première fois de ma vie, je me sens bien dans mon corps, et surtout en phase avec mon estomac et mon esprit. 🤞🏽🌸 Vite, que la boxe reprenne maintenant, histoire d'être encore plus en phase avec moi-même ! 🥊❤️ 📸 : @ningia_ ⭐️

A post shared by ℐulie 👟△⃒⃘🦔🍙 (@julinfinity_) on


 


 

*La Royal Society for Public Health

 

Léa Nicosia 

Publicités

2 réflexions sur “Réseaux sociaux : lorsque les méfaits deviennent plus réels que les posts

  1. littlexsunshine dit :

    Merci beaucoup pour ton commentaire qui m’a fait très plaisir !! J’en suis persuadée puisque nous sommes conscientes que les monstres existent, prends soin de toi aussi et à bientôt j’espère !!☀️

    J'aime

  2. Izuna. dit :

    Merci beaucoup pour cet article ! Tu écris très bien ça m’a fait plaisir de te lire ! Prends soin de toi, nous vaincrons ces monstres ! ☀️
    @izunakimura_

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s